Forum Session Pêche
Forum Session Pêche

Forum de pêche réservé à tout public, amateur ou débutant en passant du confirmé au vieux briscard, ce forum est fait pour vous. Attention ici le respect du poisson est primordial !

Derniers sujets
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Sondage

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

La truite au toc.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 La truite au toc. le Mer 26 Sep - 22:25

Lazhetaer

avatar
Modérateur
Modérateur
La pêche au toc
1 - Introduction
2 - Définition
3 - Poissons recherchés
4 - Lieux de pêche
5 - Matériel et appâts
6 - Montages

1 - Introduction
Aujourd’hui délaissée par les plus jeunes qui semblent préférer la plus moderne pêche aux leurres, la pêche au toc que m’a enseignée mon père est celle qui m’a procuré les sensations les plus intenses et les souvenirs les plus vivaces avec la pêche du brochet au vif. C'est aussi durant ces parties de pêche que je me suis senti le plus en communion avec la nature ; sans doute comme de lointains ancêtres en des temps reculés qui, peut-être au même endroit et en quête du repas familial, ont réalisé les mêmes gestes et ressenti les mêmes émotions.

2- Définition
Pourquoi ce nom pêche au toc ?
Pour la petite secousse ressentie dans les doigts tenant le fil tendu lorsque la truite saisit l’appât. C’est la récompense d’une approche discrète et patiente, c’est la montée d’adrénaline. Quelle sensation !
La pêche au toc est une pêche ancestrale, sans doute l’une des plus anciennes, datant de l’époque où le fil et l’hameçon étaient rudimentaires, bien avant que les pêcheurs utilisent un flotteur.
Pêche de type itinérante à rôder, elle exige patience, discrétion du pêcheur et du matériel, un sens de l’eau particulièrement développé, et une grande capacité à s’adapter aux conditions de pêche changeantes (courant, profondeur...).
L’action de pêche consiste à laisser dériver dans le courant et sur le fond un appât naturel sans aucune contrainte et à la vitesse du courant afin de le présenter de la façon la plus naturelle possible tout en gardant le fil tendu.
Durant l’action de pêche, le pêcheur garde en permanence le fil en main afin de ressentir le toc caractéristique au moment de l’attaque. La touche peut être également signalée par un arrêt de la dérive.
Cette pêche est appelée aussi pêche à rouler a cause du mouvement de l’appât sur le fond.

3 - Poissons recherchés
La truite, fario ou arc-en-ciel, l’ombre commun. Il est aussi possible de pêcher au toc pour prendre gardons, chevesnes, brèmes, et même perches et barbeaux. Il n’est pas rare non plus de retrouver son appât sucé par des vairons ou des goujons.

4 - Lieux de pêche
- Ruisseaux et petites rivières : leurs rives souvent boisées en rendent l'accès parfois difficile. Pourtant c'est là qu'il faut pêcher et persister. Laissez descendre votre appât à travers la végétation pour le faire dériver vers la branche noyée, la souche, le petit rapide, le remous ou le trou où se tient la truite.
Pas question de se bagarrer avec les branches, vous devez y glisser votre canne sans bruit, et sans mouvements brusques.

- Torrents : ils ne sont pas à négliger, même si la rapidité du courant, les turbulences et la clarté de l'eau vous posent des problèmes que vous pensez insurmontables. Les truites s'y trouvent souvent en bordure où le courant est moins fort. Explorez aussi les veines d'eau, les remous, les rochers, les zones de jonction eau lente/eau rapide repérables à l'écume en surface.
Ici, plus encore qu'ailleurs à cause de la clarté de l'eau, la discrétion est impérative, ne faites pas rouler les galets, restez en retrait de la rive, adoptez un profil bas.

- Grandes rivières : la difficulté est de repérer les postes. S'ils semblent nombreux, la pêche n'y est pas toujours commode. Certains sont en bordure, d'autres en plein milieu du cours d'eau, dans une veine d'eau. Il faut parfois pêcher dans l'eau, toujours en amont du poste évidemment, pour présenter l'appât le plus naturellement possible. N'hésitez pas à explorer les abords de la végétation, les cassures de courant, les caves, les sous-rives...

Avec le risque de me répéter, je vous rappelle que tant durant l'approche que durant l'action de pêche, le succès de votre pêche dépend de votre discrétion. Évitez à tout prix les bruits et les mouvements brusques. Autant que possible, ne projetez pas votre ombre sur le poste de pêche.

Un pêcheur a dit :
"La truite se trouve dans la partie la moins profonde de la partie la plus profonde et dans la partie la plus profonde de la partie la moins profonde...".
Et il a ajouté :
"...dans la partie la moins courante d'un courant rapide et dans la partie la plus courante d'un courant normal."

Traité pratique de la pêche en eau douce de Michel Duborgel - Éditeur : Morgan (1971).

5 - Matériel et appâts
Je n'évoquerai que les spécificités de la pêche au toc, sans parler des accessoires utilisés généralement tel que dégorgeoir, coupe-fil, pince à plomb...
Je ne citerai aucun modèle ni aucune marque, mais ne parlerai que de types et caractéristiques des matériels.

- Les cannes
C'est une évidence, le lieu de pêche déterminera le type de canne à adopter, notamment la longueur. En ruisseau et petite rivière, une canne de 3,50 m à 4,50 m conviendra. Pour les cours d'eau de taille plus importante, certains pêcheurs n'hésitent pas à utiliser des cannes de 7 m. Personnellement je n'ai jamais dépassé 5 m. Les cannes téléréglables dont les prix sont devenus raisonnables permettent d'adapter la longueur de canne à différentes situations.
Une canne à anneaux peut convenir, mais pour les endroits encombrés où il faut éviter d'accrocher le fil aux branches, une canne à fil intérieur est très appréciable. Les frottements du fil à l'intérieur de la canne réduisant la qualité de la glisse par rapport à une canne à anneau, il faudra éviter les fils trop gros afin de conserver une bonne glisse ; Je recommande de ne pas dépasser un diamètre de 16 centièmes.
Au moment de choisir une canne, préférez les cannes à action de pointe, et gardez à l'esprit qu'en action de pêche vous aurez toujours votre canne en main. Veillez donc à son poids et à son équilibre. Prenez le temps de tester celles qui vous avez sélectionnées avant votre choix définitif ; manipulez-les, comparez-les ; un bon vendeur ne vous le reprochera jamais.

- Les moulinets
Le moulinet sert avant tout de réserve de fil. Même s'il n'est pas question de réaliser de longs lancers, veillez à ce qu'il soit toujours garni d'une longueur de fil suffisante pour lancer et combattre le poisson.
Peu importe qu'il soit à tambour fixe ou à bobine tournante. Toutefois, pour des lancers longs et précis en grande rivière, le moulinet à tambour fixe est de beaucoup préférable.
Le moulinet capoté vous évitera bien des perruques.
Comme pour la canne, choisissez un moulinet parmi les plus légers.

- Le fil
Choisissez un très bon fil, sans mémoire, et résistant bien à l'abrasion. Il doit être le plus discret possible. Un corps de ligne de diamètre de 14 à 18 centièmes et un bas de ligne 12 à 16 centièmes vous autoriseront de belles prises. Libre à vous d'augmenter ces diamètres pour les monstres, avec le risque évident d'y perdre en discrétion.
Dans certains courants, vous pourrez parfois voir votre fil vriller, ce qui le fragilise. Certains pêcheurs y remédient en utilisant un micro-émerillon.

- Les plombs
Les plombs fendus de type "doux" conviennent très bien, ainsi que les plombs mous utilisés pour le pêche à l'anglaise. Les tailles du n° 5 au n° 9 devraient pouvoir vous permettre de pêcher dans toutes les conditions de courant et de profondeur.
Toutefois, en torrent, à cause de la vitesse exceptionnelle du courant et malgré la faible profondeur, seule une olivette vous permettra d'atteindre le fond.

- Les hameçons
Toujours par nécessité de discrétion, choisissez des hameçons fins de fer. Ils sont en général suffisamment solides. Comme pour toute autre pêche leur taille dépendra de la taille de l'appât.
Un hameçon n° 4 ou n° 6 conviendra pour le gros lombric. Utilisez un n° 16 pour les appâts les plus petits. Certains pêcheurs se contentent d'hameçons de tailles 8 à 12.
L'hameçon à tige longue est parfaitement adapté à l'eschage des vers.

- Les indicateurs
Sans être indispensable, l'indicateur est un repère fixé sur la ligne afin de visualiser sa position. Il existe dans le commerce de petits bouchons colorés appelés 'Rigolettos" et des perles flottantes que vous pouvez remplacer par un morceau de laine noué sur le fil.

- Les appâts
Toute bestiole dont se nourrit le poisson convoité peut-être un appât intéressant suivant la saison, le cours d'eau, le temps, l'heure...
N'hésitez pas à changer d'appât si l'un n'est pas efficace.
Citons les appâts naturels, le ver de terre, de terreau, de fumier, de farine, la teigne, les larves, la sauterelle, la mouche domestique, le porte-bois appelé aussi traîne-bûche avec ou sans son étui, la petite bête, le gammare (sorte de crevette d'eau), la patraque, le grillon...
Quelques appâts artificiels peuvent aussi tenter votre poisson : les appâts artificiels imitant des appâts naturels (vers, larves, teignes, nymphes...), la pâte à truite.
Notez que j'ai volontairement omis l'asticot dont l'utilisation est interdite dans les cours d'eau de première catégorie.

6 - Montages et action de pêche
- Montages
Je rappelle succinctement la constitution de la ligne :
. Corps de ligne 14 à 18 centièmes
. Micro-émerillon en cas de vrillage du fil (le vrillage fragilise le fil).
. Bas de ligne d'un diamètre inférieur de 2 centièmes au corps de ligne, soit 12 à 16 centièmes.
. Plombée dont le poids et la répartition sont fonction des conditions de pêche (courant et hauteur d'eau), toujours sur le corps de ligne.
. Hameçon du n° 4 au n° 16 en fonction de la taille de l'appât utilisé.

Le réglage de la plombée (poids, position des plombs) est extrêmement important pour faire dériver l'appât et le présenter de la façon la plus naturelle possible. Réalisez-le de préférence au bord de l'eau afin de l'adapter à la puissance du courant et à la profondeur.
Le principe est simple, mais la mise en application l'est un peu moins et requiert de l'expérience. Il faut le moins de plomb possible pour une sensibilité et une discrétion maximales de la ligne, mais il en faut suffisamment pour entraîner et faire dériver l'appât sur le fond, là ou la plupart du temps se tient la truite. On recherchera donc le meilleur compromis.
Une plombée trop lourde se reposera sur le fond, retiendra l'appât, ralentira sa dérive et le rendra donc moins attractif.
Au contraire, une plombée trop légère n'entrainera pas suffisamment l'appât au fond et celui-ci dérivera entre deux eaux.
Seule une plombée adaptée à la force du courant et à la hauteur d'eau entraînera votre appât vers le fond pour le laisser dériver naturellement. Ainsi, son comportement naturel a toutes les chances de tenter votre poisson.
Un plomb très léger peut être posé sur le bas de ligne, pas trop près de l'appât.
Si vous êtes contraint en cas de fort courant d'utiliser une plombée très lourde, veillez à laisser un peu de liberté à l'appât en éloignant les plombs.
Comme je vous l'ai expliqué au paragraphe "Matériel - plombs", en torrent où le courant est très fort, une olivette sera peut-être la seule solution pour présenter votre appât au ras du fond.

- Action de pêche
La pêche au toc est une pêche de prospection et la truite est très méfiante. L'approche du poste doit être silencieuse, discrète. N'approchez pas plus que nécessaire de la rive. Utilisez les éléments de la végétation pour vous camoufler, mais sans bruit. Accroupissez-vous s'il le faut et n'oubliez pas que votre ombre peut vous trahir.

Lancez vers l'amont sans exagération, puis laisser dériver votre ligne vers l'aval aussi naturellement que possible. Trouvez le juste équilibre entre tension et relâchement de la bannière.
Trop de tension retiendra la ligne et votre appât sera mal présenté ; trop de relâchement et vous ressentirez mal la touche tout en augmentant la difficulté du ferrage et la prise de contact avec le poisson.
À chaque lancer, vous apprendrez votre cours d'eau, vous en comprendrez le courant, et en maîtrisant de mieux en mieux la dérive de votre ligne, vous attendrez les coins les plus difficiles.
Gardez le contrôle de la dérive et explorez consciencieusement chaque zone. Prospectez autant les parties calmes et profondes que les remous, les obstacles, les cassures de courant.
Vous prendrez plaisir à prendre des risques calculés pour frôler une branche, un rocher où une souche où les plus beaux poissons sont à l'affût ou au repos.

Ferrez à la touche, au toc sur le doigt qui maintient le fil. Ferrez aussi au moindre mouvement anormal de la ligne, arrêt de la dérive ou mouvement latéral. Puis prenez très rapidement contact avec le poisson...

Me voilà parvenu au terme de mon article. J'ai essayé de vous transmettre les rudiments de la pêche au toc, seulement les rudiments, car il vous reste à la mettre en œuvre et à la maîtriser. À l'adapter aussi, car je vous ai donné des principes généraux, et la pêche comme d'autres techniques peut exiger que chacun y mette sa touche personnelle en fonction de ses goûts et des conditions dans lesquelles il la pratique.
J'espère aussi avoir transmis aux plus jeunes l'envie d'essayer, puis de poursuivre, de persévérer dans cette pêche ancestrale transmise de générations en générations que de grands pêcheurs comme Pierre Sempé ont remise au goût du jour et modernisée pour en faire une véritable technique.

La fiche de la truite



Dernière édition par Lazhetaer le Dim 28 Oct - 14:45, édité 3 fois


_________________

Quand la mer s'offre par paquets
comme un cadeau empoissoné,
furieuse d'être moissonnée,
je ne suis qu'un marin à quai.

2 Re: La truite au toc. le Mer 26 Sep - 22:57

Invité


Invité
Merci toutes ces informations sur la Pêche au toc :bravo:
Je pratique cette pêche , Wink


jc

3 Re: La truite au toc. le Jeu 27 Sep - 0:15

Lazhetaer

avatar
Modérateur
Modérateur
Jean Claude a écrit:Merci toutes ces informations sur la Pêche au toc :bravo:
Je pratique cette pêche , Wink


jc
N'hésite pas à apporter ton expérience personnelle.


_________________

Quand la mer s'offre par paquets
comme un cadeau empoissoné,
furieuse d'être moissonnée,
je ne suis qu'un marin à quai.

4 Re: La truite au toc. le Jeu 27 Sep - 0:16

freddy21

avatar
Fishing-addict
Fishing-addict
sympa c est petite fiche pour les jeune et les moin jeune qui veux teste cet pêche ;gif7:

5 Re: La truite au toc. le Dim 28 Oct - 15:06

fish72

avatar
Fishing-addict
Fishing-addict
Ça c'est de la fiche Christian Smileys19
J'ajouterais juste une chose concernant les cannes à fil intérieur. Ce sont des cannes d'une grande sensibilité, ce qui permet de sentir le moindre coup de nez de la truite (avec la mienne, je sens et je prends des vairons lorsque je pêche avec des petits appâts genre porte bois ou teignes). Le fait que le fil se libère un peu moins facilement qu'une canne à anneaux oblige à plomber un peu plus, et souvent permet une bien meilleure présentation de l'appât.
Ce sont aussi des cannes a réserver pour les personnes très soigneuses de leur matériel. Si on elle sont posées à terre, il y a un risque que du sable ou de la terre rentre dedans, et là.... tu n'as plus que tes yeux pour pleurer.

6 Re: La truite au toc. le Jeu 15 Déc - 7:58

jacky

avatar
Padawan
Padawan
Bravo et merci!!! :bravo:

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum